TEMPLATE > archive.php

Mettre la main à la pâte… littéralement!

20170601_153203

 

Qui n’a pas déjà rêvé de changer de vie? Pour la plupart d’entre nous, c’est un rêve qui ressurgit à l’occasion, au plus fort du blues de l’hiver, après une année difficile ou lorsque le boulot nous pèse un peu trop. Mais pour Thomas et Laurence, ce rêve est devenu réalité et il a maintenant pour nom Le Panivore!

 

Dans une autre vie, lui était analyste-programmeur et elle analyste financière. Tous deux travaillaient au centre-ville de Montréal, à un rythme effréné et sous haute pression. D’origine provençale, ces deux bons vivants amateurs de bonne bouffe se sentaient de plus en plus déconnectés et insatisfaits. Ils ont eu envie de travailler ensemble, de donner un autre sens à leur existence et de créer quelque chose d’authentique dont ils pourraient être fiers.

 

C’est Thomas qui a eu l’idée du pain. Il a été le premier à lâcher son boulot, plutôt bien rémunéré, pour se lancer en tant qu’autodidacte dans la grande et belle aventure de la boulangerie. Dans la cuisine de leur appartement, Thomas a décidé de mettre la main à la pâte, littéralement.

 

20170625_030222

 

Pendant ce temps, Laurence a gardé son poste d’analyste financière pour subvenir à leurs besoins. Ses premiers pains au levain dignes de ce nom, Thomas les a livrés au centre-ville en vélo. Tranquillement, les commandes se sont faites plus nombreuses et la petite cuisine n’a plus suffi. Ils ont donc cherché un local à louer deux jours par semaine pour que Thomas continue son apprentissage et développe sa clientèle. Six mois plus tard, la demande avait triplé et le nouveau local ne suffisait plus. C’est à ce moment qu’ils ont trouvé leur emplacement actuel, sur la rue Bélanger dans le quartier Villeray à Montréal.

 

20170601_155003

 

Cela a permis à Laurence de faire le grand saut et de venir rejoindre Thomas au Panivore, dans ce local qu’ils occupent depuis bientôt deux ans. Elle s’occupe des commandes, des clients et du coin café pendant que le pain reste sa spécialité à lui. Tous les pains sont préparés exclusivement à partir de farine biologique du Québec, d’eau filtrée, de levain naturel biologique et de sel de mer. Thomas laisse ses pains monter deux jours, avec patience, un peu dans l’esprit du mouvement Slow Food. Rien n’est mécanisé et le pain est cuit dans un four à pétrin. Le boulanger demeure animé par ce désir initial d’authenticité et de simplicité. Le Panivore propose aujourd’hui 33 pains différents, selon les jours de la semaine. C’est-à-dire que certains pains ne sont offerts que certaines journées. On retrouve aussi dans la chaleureuse petite boutique peinte en jaune provençal quelques viennoiseries, desserts et sucreries.

 

20170601_153713

 

L’horaire du Panivore a été pensé pour profiter d’une belle conciliation travail-famille, les propriétaires étant parents d’un garçon de sept ans. Thomas prépare ses pains tôt le matin et peut profiter d’un petit repos par la suite. La boulangerie est ouverte de 15 h 30 à 18 h 30, ce qui permet aux gens de passer prendre leur pain au retour de l’école ou du travail. Il est aussi agréable de s’y arrêter pour un café (bio équitable bien sûr!), un chocolat chaud ou un jus. La livraison à vélo est offerte gratuitement à domicile aux résidents du quartier, et il n’est pas rare que fiston accompagne son papa le jeudi soir pour faire la livraison. Les pains sont transportés dans de grands bacs ou dans des sacs réutilisables.

 

WP_20170427_18_52_56_Pro

 

Dans un esprit communautaire et par souci écologique, Thomas et Laurence ont établi quelques partenariats intéressants. Ils approvisionnent notamment l’épicerie zéro déchet du quartier (dont nous avons parlée dans un billet de blogue publié précédemment), ils offrent des fournées lors d’événements de collecte de fonds organisés à l’école alternative de leur fils, et ils placent les commandes de certains parents d’une garderie du quartier dans des taies d’oreiller pour que ceux-ci les récupèrent à la fin de la journée. Ils offrent aussi leurs invendus à des organismes de bienfaisance et à des groupes de Dumpsterray pour éviter le gaspillage. Et la boulangerie est nettoyée à l’aide de produits ménagers biodégradables, de vinaigre et de bicarbonate de soude. Il y a peu de déchets et encore moins de gaspillage au Panivore!

 

Le rêve est donc devenu réalité pour Thomas et Laurence, qui ont eu le courage de repartir à zéro et d’imaginer une vie en harmonie avec leurs valeurs profondes. Forts de leur persévérance et de leur détermination, ils sont aujourd’hui sereins et bien enracinés au sein d’une sympathique communauté.

 

20170625_025744

 

Pour en savoir plus sur Le Panivore, c’est ici : http://www.lepanivore.com/